Aller au contenu

Premier Semi Marathon à 58 ans

Voila c'est fait !

Après 8 semaines d'un plan de préparation concocté par NIZAR, j'ai bouclé mon premier semi-marathon en 2 heures 28 minutes !

Et cela à 58 ans, après avoir débuté la course à 54 ans avec le paris qui me semblait complètement fou à l'époque : participer aux "petites foulées de Villeurbanne" une course de 3,7 km ouverte à tous...

Entre les 2, beaucoup d'eau est passée sous les ponts, comme je le raconte dans l'article Bilan de 4 ans de running .

Et aussi avec bientôt 20 mois d'alimentation cétogène. Donc maintenant je suis officiellement une semi-marathonienne céto-adaptée !

Alors ça ne vous dit peut-être pas grand chose mais un semi-marathon c'est 21 km et dans mon cas c'était départ à jeun + 2 pâtes de fruit au ravitaillement de 10 km...

Mes impressions

  1. Un rythme cardiaque stable et confortable.
  2. Une vitesse de course régulière.
  3. Pas de coups de pompe, ni de "mur" (même si le mur concerne plutôt les marathoniens).
  4. Pas de douleurs particulières en course ni dans les jours suivants.
  5. Une récupération excellente.

Les points à améliorer

La vitesse (mais je n'étais pas la dernière.....)

Et tous mes remerciements

A Nizar, pour m'avoir trainé au Parc le 2 janvier 2014 et avoir préparé mes plans d'entrainement successifs.

A José, pour m'avoir "supportée" (donnez au mot "supporter" le sens que vous voulez...). 🙂

A Eric pour les plans d'entrainement muscu et gainage.

A Joëlle pour sa motivation constante pendant ces mêmes séances de muscu et de gainage.

Et surtout, surtout, à Laurence, qui m'a accompagnée tout du long de ce semi-marathon en vélo, avec le ravitaillement et la tenue de secours en cas de pluie....

Enfin un petit message d'amitié à Edwige, rencontrée sur ce semi, avec qui nous avons couru côte à côte pendant toute cette épreuve, ainsi qu'à son "fan-club".

3 thoughts on “Premier Semi Marathon à 58 ans

  1. Mariotti

    Arianne , tout d'abord bravo vos efforts semblent porter leur fruits !!!!
    Je suis runner moi même depuis fort longtemps, et j'avoue que le régime Cétogène m'a déjà tenté un certain nombre de fois, mais au bout de 3 ou 4 J mon addiction au sucre ou aux pizzas et produits dérivés me rattrape... Je me contente donc de manger le moins de sucre possible (on se rapproche du régime Paléo). C'est malgré tout difficile, mais j'en ressent les bienfaits. Au demeurant il n'existe pas sur Paris un spécialiste qui puisse me suivre dans l'éventualité d'une tentative de régime cétogène prolongée. Les questions que j'ai envie de vous poser sont :
    1 A t-on le droit de consommer du sucre pendant l'effort et les ravitaillements ou doit on se restreindre à des oléaginueux ou autres...
    2 Quand prévoyez vous de faire un Marathon pour que vous puissiez davantage nous parler de ce mur , des douleurs qui suivent et de votre récupération (à 49 ans je cours le Marathon en 3H , je mesure 1m82 et pèse 74Kg).
    Etes vous sure de vous faire suffisament violence à l'entrainement?
    3 Comment être sur que vos performances et ressentis sont dus au régime sachant que vous avez modifié votre mode de vie en même temps et qu'un Runner assidu est nécessairement moins fatigué au quotidien que la plupart des autres personnes.
    4 La vie en communauté n'est pas trop dure, car il me semble que lorsque nous sommes céto adapté, il ne faut pas de débordements (une pizza entre amis ou un petit verre de vin ...)

    Répondre
    1. Ariane Monnami

      Merci pour vos félicitations.
      Comme je l'explique dans un autre article j'ai commencé le régime cétogène (ou plutôt pauvre en sucre) après avoir lu un article sur les marathoniens kényans.
      J'étais déja en sans gluten sans lait pour d'autre raisons, mais j'avais des fringales les jours d'entrainement.
      Si vous n'avez pas de problèmes de santé, vous n'avez pas vraiment besoin de voir un médecin spécialiste, un accompagnement en ligne peut suffire.
      Les réponses à vos questions dans l'ordre :
      1 D'après mes lectures, il semble qu'un athlète céto-adapté puisse consommer ce qu'il veut pendant l'effort sans trop de conséquences mais en général il n'en éprouve pas forcément le besoin. Perso : 2 pâtes de fruit au ravito de 10 km mais ce n'était pas un besoin impérieux.
      2 pour le marathon, je vais attendre d'aller un peu plus vite car à cette vitesse je vais arriver en 5 h minimum et c'est long. Mais toujours d'après mes lectures il semble que le mur disparaisse complètement puisqu'il correspond a l’épuisement du stock de glycogène et que quand on est cétoadapté on carbure tout de suite sur les graisses en conservant son glycogène.
      Mon but n'est pas de faire violence mais je suis sur de bonnes intensités en fonction de mes capacités (manque de synchro surtout)
      3 la différence a été nette, je courais déja depuis 2 ans. Mais ce n'est pas tant une amélioration de performance que de récupération et d'absence de fringale après (et de perte de gras superflu aussi)
      4 Tout d'abord l'alcool est toléré en petite quantité et la pizza au chou-fleur est excellente.

      2 stratégies infaillibles :
      1 ne fréquenter que des amis céto.....
      2 convaincre son entourage de devenir céto..... 🙂
      Enfin si cela peut vous encourager, ceux qui l'ont essayé correctement n'ont aucune envie de revenir en arrière....
      A bientôt
      Ariane

      Répondre
  2. Ping : Bilan de 4 ans de running

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :