Aller au contenu

Sucre, le doux mensonge (reportage d’Arte)

sucres-AMLe reportage d'Arte : "Sucre le doux mensonge", est rediffusé pour quelques jours.

Ce reportage explique en détails les conséquences de l'excès de sucre dans notre alimentation.

Ne tardez pas pour visionner cette vidéo qui ne sera disponible que quelques semaines.

Cliquez ici pour voir également un autre reportage d'Arte : "Cholestérol le grand bluff"

2 thoughts on “Sucre, le doux mensonge (reportage d’Arte)

  1. ...

    Bonjour !
    Mon conjoint et moi, venons de regarder avec attention le reportage « le sucre, le doux mensonge ». Ce reportage essentiellement orienté sur les techniques de communication du lobby agroalimentaire nous a soulevé quelques questions :
    - Un jeune sportif d’endurance « Sami Inkinen » qui s’alimentait de produit « light » a contracté un diabète de type 2 malgré une charge de travail d’environ 10h/semaine. On enchaine ensuite sur un message (très discutable) qui prétend que l’activité physique ne change pas vraiment la donne : plus de 40% des personnes (population américaine ?) qui n’ont pas de surpoids, présentent les mêmes maladies que les obèses. Donc un sportif qui mange du sucre en excès encourt les mêmes risques qu’une personne sédentaire qui fait de même? Le message n’est pas clair…
    Nous travaillons dans le milieu de la santé et nous avons comme notion que le type2, ou « l’insulino résistance », pouvait apparaître chez quelqu’un qui sature trop souvent son organisme en apport de graisses/sucres. Il sollicite donc trop son pancréas qui finit par être « fatigué » et devient incapable de fournir une réponse en insuline pour faire face aux apports.
    Est-il prouvé que l’activité physique n’arrange en rien cette donne ?? Est-ce uniquement le pic glycémique post prandiale qui fatigue le pancréas, ou l’apport élevé et régulier journalier (surcharge sanguine)?
    En effet, dans le cas du sportif régulier, le corps utilise sa charge glucidique de manière immédiate et régulière. Cette activité lui évite son stockage sous forme de graisse et aussi son excès dans le sang, responsables, entre autre, des maladies cardiovasculaires.
    Existe-t-il un terrain génétique qui, comme les coups de Soleil, avec dans ce cas, un « capital pancréas », nous prédisposerait à contracter un insulino dépendant en cas de mauvaise conduite alimentaire?
    Quelles sont les recommandations en vigueur de l’apport journalier en glucide ?
    merci !

    Répondre
    1. José Sanchez

      Bonjour,
      "Donc un sportif qui mange du sucre en excès encourt les mêmes risques qu’une personne sédentaire qui fait de même? Oui, tout à fait un sportif qui mange trop de glucides,de fructose et de sucre rapide court les mêmes risques.
      L'activité physique permet au glucose d'entrer dans les cellules sans l'apport d'insuline, mais quand la cellule est pleine...elle ne pourra pas utiliser l'excédent...donc l'insuline va monter dans le sang.
      A force de solliciter le pancréas, celui-ci s'épuise, il peut également développer une insulino résistance. Un sportif utilise des glucides lors de son entrainement, lorsqu'il se repose et mange des glucides ceux-ci se retrouvent dans la circulation sanguine et font monter la glycémie. On peut aussi avoir un terrain génétique favorable au développement du diabète "exemple, parents ou grand parents diabétiques...)

      Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :